17. Susciter la participation des citoyens à la vie des communes de Gien et d’Arrabloy

Pratiquée déjà dans de nombreuses communes, la démocratie participative à Gien et à Arrabloy n’a pas été amorcée jusqu’à présent par les élus. Il nous faudra donc, d’abord, poser les premières bases pour qu’elle puisse, au fil des années, s’enraciner et se développer. Tout au long de nos contacts auprès de chaque foyer de Gien et d’Arrabloy, nous avons rencontré plusieurs personnes ayant manifesté un intérêt pour participer à la vie de leur quartier. Voici la méthode et les moyens que nous nous engageons à mettre en œuvre pour y parvenir :

  • Créer des Assemblées de quartier sur l’ensemble du territoire des communes de Gien et d’Arrabloy. Il y a eu à Gien des Conseils de quartier  que le Maire sortant a fermés en début de mandat. Aujourd’hui il n’y a plus de lieu d’échange et d’écoute sur la vie de quartier. Les Conseils de quartier avaient au moins le mérite de proposer régulièrement une rencontre entre des élus et des habitants. Les Assemblées de quartier sont plus efficaces que les Conseils de quartiers dont les réunions aboutissaient rarement sur quelque chose de concret. Contrairement aux Conseils de quartier, les Assemblées de quartier ne sont pas animées par des élus, ce qui évite des réunions où chacun y va de sa demande particulière. Les Assemblées seront le lieu pour les habitants de se connaître et dialoguer sur des sujets d’intérêt collectif. De fait, les problèmes de voisinage trop spécifiques seront écartés des discussions générales. L’animation sera confiée au début à des médiateurs expérimentés, professionnels des débats publics.
  • Rénover et entretenir les salles municipales. En particulier, l’état de délabrement de la salle municipale du Berry est un scandale.
  • Doter les Assemblées de quartier d’un budget participatif. Au début, ce seront de petites sommes, puis le budget augmentera au fur et à mesure de l’implantation de la pratique démocratique locale. Le Conseil municipal, seul habilité à décider de la dépense publique, votera en accord avec ce qui aura été décidé par l’Assemblée de quartier. Une seule condition : que l’Assemblée de quartier ait décidé de la destination du budget de manière démocratique (appel à propositions, débat ouvert et public, vote).

Voici quelques exemples d’utilisation d’un budget participatif : marquage au sol pour un stade, dos d’âne, création d’une aire de jeux végétalisée, circulation de vélos sur les quais, création d’espaces de détente en bord de Loire…

  • Proposer à la fin des Conseils municipaux et communautaires des séances de questions/réponses avec le public. Symboliquement, la salle du Conseil sera rénovée pour que les habitants et les élus soient au même niveau. Plus de perchoir où sont relégués des citoyens muselés !
  • Étudier la création d’une instance consultative pour les jeunes de moins de 21 ans en lien avec la politique jeunesse du Giennois et d’une instance consultative formée par des personnes de plus de 65 ans en lien avec la politique d’animation municipale.