25. Favoriser l’installation de nouveaux médecins

Qui se souvient que, dans les années 80, Gien était une référence nationale en matière de santé ? L’internat de Paris se battait pour être en poste à l’hôpital de Gien. Puis les Professeurs de médecine sont partis en retraite et n’ont pas été remplacés… Même si une municipalité n’a pas de compétence directe en matière de santé, elle se doit d’agir aujourd’hui car la situation l’exige. C’est pourquoi, nous nous engageons à…

  • Travailler de concert avec les communes giennoises pour établir une stratégie partagée sur le territoire, notamment pour évaluer la pertinence d’une zone franche réservée aux nouvelles installations.
  • Avoir toujours à l’esprit que la qualité du cadre de vie est une condition essentielle pour attirer de nouveaux médecins et des professionnels de santé, ainsi que leurs conjoints. L’amélioration du cadre de vie à Gien est donc un préalable indispensable.
  • Soutenir la création d’un internat pour les étudiants médecins, et leur famille, en stage à l’hôpital de Gien, afin de faciliter leur venue et leur possible installation ultérieure.
  • Montrer que tout est fait pour lutter contre l’isolement du professionnel de santé, forcément « multicarte » en milieu rural. Nous appuierons la mise en place d’un réseau d’information et d’aide de la part des professionnels expérimentés sur l’ensemble du département afin de gagner en réactivité au quotidien. 
  • Établir avec les médecins présents et futurs un accord pour la reprise des patients dont le médecin traitant est parti en retraite.
  • Anticiper avec les autorités de santé les changements à moyen terme liés au transfert de la chirurgie lourde à Orléans et le départ en retraite des radiologues pour préserver les urgences et la chirurgie.