27. Porter l’action sociale au niveau intercommunal

Un des principaux défis à moyen terme, dans des territoires comme le Giennois, est le maintien à domicile des personnes âgées, particulièrement exigeant en milieu rural. De manière générale, l’action sociale est rendue difficile par la diminution sensible de moyens dédiés à la solidarité de la part de l’Etat, qui frappe toutes les collectivités. C’est pourquoi, nous nous attacherons, à travers la création d’un Centre Intercommunal d’Action Sociale, à l’amélioration continue de la qualité des services rendus à la population.

  • Le centre intercommunal d’action sociale (CIAS) sera un lieu dédié aux habitants. Sa gestion peut être très ouverte et participative en intégrant des habitants volontaires dans les instances de coordination.
  • Toutes les innovations seront les bienvenues pour aller dans le sens de plus de responsabilité, d’entraide et de solidarité active. Le CIAS ne doit pas être un guichet derrière lequel on fait la queue. Par exemple, le CIAS est un lieu très adapté à l’échange de savoirs entre les habitants. Cet échange est animé par un professionnel, avec des règles et une charte afin de constituer un Réseau d’échange de savoirs. C’est un formidable moteur pour recréer le lien social car tout habitant a quelque chose à enseigner et à apprendre.
  • Le CIAS est labellisé CAF. Il tient lieu de permanence institutionnelle (CAF, sécurité sociale, droits des femmes…) et administrative (aide aux démarches, assistance d’un écrivain public, relais des assistantes maternelles…) et offre aussi un lieu de formation aux professions médico-sociales.
  • L’agenda du CIAS peut être très riche en activités, sorties et animations, notamment grâce aux associations culturelles, sociales, pour le bien-être…