39. Découvrir et vivre sa ville à pied et à vélo

L’étalement urbain de la ville depuis les années 80 s’est fait de manière anarchique. Les quartiers plus anciens de la ville (Montbricon, Briqueteries, Paul Bert, Wilson…), construits de manière plus cohérente, sont riches de nombreux chemins et venelles, malheureusement aujourd’hui en état d’abandon. Il nous faudra non seulement préserver et réhabiliter le patrimoine historique que représentent les anciens chemins, mais aussi en créer d’autres, véritables lacets pour recoudre une ville morcelée.

  • Recenser les chemins et leur statut juridique : chemins communaux, avec droit d’usage, aliénés…
  • Etablir, conjointement au plan de circulation routier, le plan de circulations douces de Gien (piétons, vélos). C’est un plan de circulation indépendant du plan de circulation routier. Il peut coïncider, mais pas forcément. Par zone d’habitation, on recense les principaux flux à pied (vers les établissements scolaires, les lycées…).
  • Le plan de circulations douces sera ensuite normé de manière isochrone : 1 km à pied et 2 km à vélo d’une zone d’habitation. En deçà de cette distance, on favorisera l’implantation de services et de magasins de proximité. 
  • Les lignes de transport municipal seront conçues de manière complémentaire au plan de circulations douces pour les trajets les plus fréquentés.
  • Des kiosques et abris émailleront les chemins pédestres et cyclables.