41. Ouvrir la ville à la Nature

La Nature dans la Ville n’est pas du luxe. C’est juste indispensable. Pour mieux respirer, pour la santé et le bien-être, c’est aussi source d’embellissement et d’attractivité touristique. La rénovation du sol des places du centre-ville a omis la Nature. 20 kg de particules fines et de CO2 sont pourtant absorbées chaque année par un arbre adulte ! Oui, une ville peut être embellie et bien tenue avec du végétal, sans pesticides, à un coût maîtrisé. Mais cela doit avoir été réfléchi… avec tous.

  • Embellir la ville par le végétal est l’affaire de tous. Nous veillerons à impliquer les habitants en créant des relations de proximité entre les agents des espaces verts et les habitants, des groupes d’échange de bonnes pratiques et d’initiatives intéressantes. La Mairie décernera des permis de végétaliser l’espace public. Le rôle pédagogique des agents qui auront été formés est important.
  • Re-végétaliser l’ensemble de la Ville en faisant revivre des espaces verts abandonnés aux mauvaises herbes et aux poubelles, en créant de nouveaux squares et parcs, en végétalisant des surfaces qui devaient être traitées ou qui demandent beaucoup d’entretien. Les espaces végétalisés peuvent être très propres et bien tenus. Ce ne sont pas les herbes folles qui doivent être combattues, mais des surfaces artificialisés qui ne peuvent être traitées qu’à l’aide de pesticides.
  • Ouvrir la ville à la Nature en semant des plantes le long des murs (roses trémières…) sur les toits, les terrasses… et les places ! L’emplacement des poubelles semi-enterrées qui seront retirées sera végétalisé, mais ce ne sera pas suffisant. Nous inviterons à Gien les Incroyables Comestibles : un mouvement citoyen d’agriculture urbaine participative pour planter des légumes partout en libre service. Le changement de regard sur la Nature et sur l’alimentation est garanti ! http://lesincroyablescomestibles.fr
  • Créer des jardins participatifs dans les centaines de parcelles non construites du centre-ville. Un jardin participatif est un jardin travaillé par une vingtaine de personnes qui répartissent ensuite les fruits, légumes et fleurs sans échange monétaire.
  • Reboiser la Ville : Entre le capricorne asiatique qui a provoqué l’abattage de dizaines d’arbres au Nord et l’abattage illégal des platanes en bord de Loire, l’heure est venue de reboiser la Ville. Il faut trente ans pour retrouver de l’ombre et de la fraîcheur…. Alors, les arbres, c’est maintenant !
  • Prendre soin des platanes survivants quai Joffre : délaissés depuis quatre ans par la Municipalité sortante, leur soin et élagage en douceur est urgent. Si des platanes peuvent légalement être replantés quai Lenoir, ce sera en préservant les féviers d’Amérique et à coût zéro pour la commune. Symboliquement, la Ville lancera un appel national aux dons, auprès des habitants des communes qui ont soutenu le combat pour la préservation de l’alignement patrimonial des platanes de Gien.
  • Accompagner la végétalisation de la ville avec des hôtel à insectes, des ruches pour renforcer la pollinisation de la ville et la biodiversité. Le rôle des associations de soin des animaux sera soutenu et une solution sera trouvée avec la SPA pour la rénovation de son bâti.
  • Les bords de Loire seront soignés en commençant par un nettoyage complet, comme il n’y en a pas eu depuis très longtemps, avec les services de l’Etat. Les bords de Loire doivent à nouveau offrir une exceptionnelle rencontre avec la Nature pour les promeneurs. Le Port-au-Bois, principal poumon vert de la ville, sera aménagé en retirant les gravillons, en marquant de manière plus harmonieuses les chemins de promenade, les bancs, l’aire de jeux et l’éclairage, conforme à l’arrêté contre les pollutions lumineuses. Un parcours santé sera réhabilité dans un Port-au-Bois embelli et partagé pour le plus grand plaisir des promeneurs et des familles.
  • Les surpopulations (chats errants, pigeons, rats, plantes nocives…) sont des dérèglements provoqués par les hommes par leurs déchets, pollutions chimiques et lumineuses. Une biodiversité équilibrée est le meilleur rempart contre les surpopulations des espèces et leurs désagréments.
  • Les déchets biodégradables ne doivent plus être mis en décharge. La Mairie sera tiers de confiance entre les producteurs de déchets verts (les habitants) et les utilisateurs du compost. Les projets de méthanisation seront étudiés et soutenus.