Une mauvaise gestion des frais de justice de la part de la Municipalité sortante

Par deux fois, le Tribunal administratif a jugé illégaux des éléments du permis d’aménager du centre-ville. Le Maire sortant aurait pu rectifier le tir avant d’en arriver au Tribunal. Il a choisi de persévérer et il a fait perdre les procès à notre collectivité. Il a, en outre, fait dépenser à la collectivité dix fois plus en frais d’avocat que ce que les citoyens (par ailleurs aussi contribuables de Gien) ont du débourser pour les mêmes procès.

Les fêtes franco-écossaises d’Aubigny portées par les bénévoles

110 000 euros, dont 90 000 à la charge de la commune d’Aubigny-sur-Nère, c’est le budget annuel nécessaire pour les fêtes écossaises pendant 3 jours complets. Ces fêtes, particulièrement appréciées des Giennois, contribuent à la notoriété d’Aubigny-sur-Nère et ne sont possibles qu’avec l’adhésion enthousiaste d’une grande partie des habitants.

La corruption en France coûterait annuellement 30 milliards d’euros

Selon un rapport du GRECO (Groupe d’Etats contre la Corruption) publié le 9 janvier 2020, il persiste en France des « zones grises ». Le rapport pointe notamment les élus.

La corruption des Maires, par exemple, ne doit pas être banalisée. C’est à cause de cette corruption du quotidien que la France oscille à un rang peu glorieux, suivant les années, entre la 26e et la 22e place. Le rapport pointe « l’incapacité » des institutions françaises  à lutter efficacement contre ces pratiques.

http://www.economiematin.fr/news-corruption-france-danger-elus-transparence-crise-ethique-faure

Selon un sondage IFOP de 2019, 77% des Français pensent que la France ne se donne pas « réellement et efficacement » les moyens de lutter contre la corruption de ses élus, sous toutes ses formes.

Ces données expliquent en partie le rejet actuel des citoyens pour la chose publique et leur aspiration à plus de transparence, d’éthique et d’équité chez les élus.

Pour répondre à cet espoir d’intégrité, notre premier engagement réalisé a été la signature de la charte d’engagement éthique lors de la réunion publique du 11 février 2020.

Comme un arbre dans la ville

Planter un arbre en ville nécessite certaines précautions : il faut acquérir un arbre de taille suffisamment conséquente pour ne qu’il ait une chance de se développer harmonieusement, il faut réfléchir à son implantation pour ne pas limiter son épanouissement, il faut prévoir une fosse adaptée avec une zone perméable à l’eau de pluie… et surtout, il faut ensuite lui assurer les soins nécessaires (arrosage, taille, entretien du houppier). Un arbre jeune coûte 50 euros, mais il faut budgéter l’entretien en plus car à Gien il est sous-traité.

250.000€… et un pot de fleurs

L’aménagement à l’entrée de la rue Louis Blanc, réalisé fin 2019 pour la somme de 250 000 euros, était censé dissuader les véhicules de plus de 3,5T d’emprunter cette voie. Quelques camions plus tard, au bout d’à peine un mois, une grande jardinière est venue au secours de la (pseudo) chicane. Un aménagement encore une fois onéreux et insuffisant ? Les nombreuses rustines ne suffiront pas à rendre le nouveau sens de circulation ni sécurisé ni judicieux.

Subvention controversée pour l’Office du Tourisme de Gien

210 000 euros en 2020 : Un examen des subventions octroyées, depuis la création de l’Office de Tourisme de Gien en 2015 sous forme associative, révèle une augmentation constante d’année en année. De 2016 à 2020, la subvention accordée par la Communauté des Communes a augmenté de 50%. L’Office de Tourisme de Gien est l’Office le plus subventionné du Loiret, et de loin. À noter que 3 Offices loirétains sur 10 ne reçoivent aucune subvention. Quelle sont les raisons de cette augmentation ? En tout cas, pas la hausse de la fréquentation touristique.

L’eau est chère à Gien

À Gien, la gestion de l’eau est organisée en DSP (Délégation de Service Public) et confiée entièrement à une entreprise privée. Nous avons enquêté auprès de sept communes du Loiret où la gestion de l’eau est municipale. À consommation égale, les factures d’eau dans ces 7 communes sont toutes inférieures à celle de la commune de Gien. A Gien, 100 m3 coûtent 400 euros TTC, contre 220 euros TTC à Saint-Brisson et 178 euros TTC à Saint -Gondon. Et si la gestion de l’eau devenait municipale à Gien ? Avant de devenir intercommunale…

Lire la suite

Le prix de l’eau

Pour chaque foyer, la facture d’eau représente environ 0,8% du budget familial moyen. Les études récentes montrent que les régies municipales gèrent l’eau pour un coût moindre que les « Délégations de Service Public » : 3,63 euros par m3 contre 4,05 euros par m3. La municipalisation du service de l’eau a permis en moyenne aux communes qui ont franchi le pas de rendre à leurs administrés chaque année 10 % du prix de l’eau. Source : Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (IFRAP)

Voisins Vigilants et Solidaires : marque déposée

Pour les communes de Gien et d’Arrabloy, l’adhésion à la plate-forme nationale des Voisins Vigilants et Solidaires coûterait 2 000 euros par an, forfait pour un nombre de signalements illimités. Tandis qu’aujourd’hui, comme la Mairie refuse d’y adhérer, les habitants qui souhaiteraient faire un signalement sur la plate-forme doivent y aller de leur poche.

À Orléans, le Budget participatif

300.000€

C’est la somme dédiée par la ville d’Orléans pour la troisième édition du budget participatif. Mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Une façon d’inclure les citoyens dans l’amélioration de leur cadre de vie. Les habitants sont invités à soumettre leur projet via une plateforme internet dédiée, ces projets sont ensuite évalués financièrement, soumis au vote des lecteurs et les lauréats seront mis en œuvre par la commune. A Orléans, ce sont 7 projets qui ont été retenus en 2017 et 2018 et dont certains ont déjà été réalisés.

Alors, et vous ? Seriez-vous prêts à réfléchir activement à des projets pour Gien via cette mise en place d’un « budget participatif » ?

Pour en savoir plus…

35 euros !

Depuis le 1° janvier 2018, le montant des amendes pour le stationnement est laissé au libre arbitre des maires. Jusque-là, une amende forfaitaire de 17€, identique dans toutes les communes, était appliquée. Après cette date, de nombreuses communes ont choisi de baisser le montant des PV de stationnement… A Gien, la municipalité a choisi de doubler cette somme pour atteindre 35€. Si l’on dépasse le temps de stationnement de quelques minutes, la sanction tombe ! Le montant de ces PV récolté par le Trésor Public est ensuite reversé à la commune…