Des fleurs éphémères

Une rue sépare ces 2 photos, prises le même matin :

  • Place Jean Jaurès, où s’est déroulée la visite de Mme la Ministre
  • Place Saint Louis, où ne s’est pas déroulée la visite de Mme la Ministre

Mais dès le soir, l’embellissement et la propreté des deux places sont redevenus semblables, un peu tristounes, comme un jour SANS visite.

On a perdu le ministre

Le ministre était pourtant annoncé dans la presse pour le samedi 5 octobre. Il devait visiter la faïencerie en compagnie du Maire. Mais personne ne l’a vu sur le sol Giennois… Il faut dire que la Préfecture n’était pas au courant, la Région Centre-Val de Loire non plus, que cette « visite » n’était pas programmée à l’agenda du ministre et que la manufacture de la Faïencerie est fermée le samedi. INTOX

Luminaires : la Mairie « dans les clous » ?

Voici le devis datant de janvier 2019. On y lit que la Mairie a acheté 3000 luminaires avec la référence ISAROPRO 36L70 dont la fiche technique précise une couleur à 4000 Kelvins. Or l’arrêté ministériel de décembre 2018, pour la diminution des pollutions lumineuses, interdit l’utilisation de toute couleur supérieure à 3000 Kelvins, et en zone naturelle protégée, c’est même limité à 2500 Kelvins. Ce devis fonde la passation de marché avec l’entreprise qui installe les luminaires. Mais quelque chose nous dit que les luminaires installés ne correspondraient pas à ce devis pourtant contractuel…

Des commerces s’installent en ville ?

Dans le même article, le Maire de Gien avance que « des commerces s’installent en ville ». Pour illustrer son propos, un seul commerce est cité…

INTOX : 33 locaux vides entre la place Saint Louis et la place de la Victoire, dont la moitié dans l’hyper-centre directement impacté par les travaux. Il suffit de parcourir les rues piétonnes pour en être témoin.

Info TOXIQUE !

Ce panneau « provisoire » a été installé en permanence aux 4 entrées principales de Gien de fin mai jusqu’au 9 septembre. INFO pour les touristes… ou plutôt une dissuasion de s’engager dans un centre-ville où la circulation risque d’être difficile ?
INTOX pour les Giennois ? Car combien d’animations ont réellement eu lieu pendant trois mois et demi, en week-end comme en semaine, malgré la présence continue de ces panneaux ?

Petit déjeuner gratuit dans les écoles

Cette action a été annoncée à l’initiative de la municipalité Giennoise lors de la rentrée 2019. Il s’agit en réalité, d’une mesure de l’État dans le cadre de la «stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté».
En effet, l’État consacre 6 millions d’euros au financement des petits déjeuners et attribue une dotation dédiée pour encourager et soutenir l’organisation de petits déjeuners à l’école.
Par ailleurs, la loi EGALIM impose 50% de produits durables ou sous signes d’origine et de qualité (dont des produits bio) dans la restauration collective publique à partir du 1er janvier 2022. La mairie ayant externalisé les repas via une entreprise située à Poitiers, on peut se demander comment va-t-elle pouvoir s’y conformer ?