LAURE, la Loi du vélo en ville

La circulation des vélos n’a pas été prévue dans la conception du projet Cœur de Ville à Gien. Pourtant, depuis 1996, la loi LAURE impose des « itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants à l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines.»

Ainsi, il existe une seule partie dite « cyclable » délimitée par 2 panneaux, entre le Vieux Pont et le parc du Port-au-Bois. Hélas, cette petite partie est systématiquement encombrée par les terrasses, les voitures en stationnement, et son revêtement en gravillons après la place Saint-Louis la rend particulièrement glissante. 

Pour circuler le long de la Loire, les cyclistes courageux doivent donc cohabiter avec les sens uniques étroits, jongler avec les obstacles et s’imposer à leurs risques et périls aux transports motorisés.

Nous nous engageons à mettre la rénovation du quai Lenoir en conformité avec la Loi et, surtout, à travailler avec les associations du Giennois pour que le cheminement des cyclistes soit sécurisé et plus facile.

Rappel de la Loi LAURE, Article L228-2 :

« A l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l’exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L’aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe. »